Nos coups de coeur

Retour

(Conférence) « TERRE VIOLENTE » ET/OU « TERRE DE PAROLE ET DE PARTAGE » Par Louis-José Barbançon, historien


Histoire

JPEG - 38.5 ko

À l’occasion du 1er Congrès International de Psychologie en Océanie, novembre 2013.

Ô mon pays, successivement et à la fois « terre violente » et « terre de parole et de partage ». La violence est consubstantielle de la colonisation. Qu’en est-il quand un pays entre en phase de décolonisation ? La violence disparaît-elle alors ? Comment faire évoluer une société où tous les esprits appellent à juste titre à une condamnation sans appel de la violence, alors que trop souvent le Progrès et les progrès y ont été acquis ou conquis par la violence ? Comment ne pas condamner le « séjour paisible » à demeurer aussi une « terre violente » quand les médias, les blogs, les réseaux sociaux privilégient et amplifient systématiquement les sujets de violence et de discorde et minimisent ou dévaluent les sujets de dialogue et de concorde ?

Louis-José Barbançon est un historien calédonien né à Nouméa en 1950. Il est notamment l’auteur des ouvrages de référence Le Pays du Non Dit (1992) et L’Archipel des Forçats (2003).

Pour visionner l’intégralité de sa conférence en podcast, cliquer ICI